vendredi 23 août 2019    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Guillaume Perissat le 16/05/2014
L'année fiscale passée a été mauvaise pour l'éditeur français. Les retards de Watch Dogs et The Crew ont été pénalisants, plaçant l'entreprise dans le rouge. Mais, plus que le report de blockbusters, ce sont les évolutions profondes des pratiques des joueurs qui impactent le chiffre d'affaires.

Ubisoft a publié hier ses résultats pour l’année fiscale 2013-2014. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ces chiffres sont loin d’être excellents. L'éditeur de jeux vidéo a plongé dans le rouge. 

Son année s’est achevée fin mars avec une perte nette de 49,3 millions d'euros fin mars. Son chiffre d’affaires recule de près de 20% à hauteur d’un milliard d’euros pour la période 2013-2014. Son résultat opérationnel est lui aussi en baisse mais correspond aux annonces du groupe, avec une perte de 65,5 millions d’euros. 

En cause, le retard de deux blockbusters

En octobre dernier, l’éditeur français avait averti ses investisseurs quant à ses résultats, arguant le fait que le report de deux jeux, The Crew et Watch Dogs, influerait sévèrement sur ses revenus. Ce ne sont en effet ni les frais de R&D, ni les frais commerciaux qui tirent ces chiffres vers le bas. Les investissements d’Ubisoft dans ces segments sont d’ailleurs en baisse sur la période 2013-2014. Yves Guillemot, PDG du groupe, impute principalement ce recul au retard pris sur ces deux titres majeurs. 

Ce sont bien 4 blockbusters qui auraient dû sortir des studios en 2013. Seuls Assassin's Creed Black Flag et South Park : The Stick of Truth sont sortis en 2013. Leurs ventes ont permis à Ubisoft d’améliorer ses ventes au quatrième trimestre 2013, supérieures à l’objectif annoncé. Le premier s’est vendu à 11 millions d’exemplaires. « Cette franchise phare de l’industrie du jeu vidéo génère des revenus réguliers à forte rentabilité » se félicite le communiqué. Quant à South Park, ses performances « solides » ont évité le pire à Ubisoft. « Watch Dogs est parfaitement positionné pour devenir le meilleur lancement jamais réalisé par une nouvelle marque dans l’histoire de l’industrie », avance le PDG du groupe, mettant en avant le nombre record de précommandes. Malheureusement, le jeu sortira un semestre trop tard.

Initialement prévu pour le 21 novembre 2013, Watch Dogs, ce jeu où l’on incarne un vigilante adepte du hacking, s’est vu repoussé au 27 mai 2014. « Il nous est apparu évident que nous avions besoin de plus de temps pour peaufiner et sublimer chaque détail afin de vous offrir une expérience de jeu mémorable et exceptionnelle » annonçait à l’époque Ubisoft. Souhait d’améliorer le jeu pour les uns, crainte de la concurrence de GTA V et du Call Of Duty annuel (commercialisés en fin d’année) pour les autres, son absence des rayons a porté un coup sévère à Ubisoft cette année. Il en va de même pour le jeu de course The Crew, prévu au premier semestre 2014, repoussé au second. Les deux titres étaient pourtant très attendus.

Une évolution des pratiques de jeu

Si Ubisoft mise sur la sortie prochaine de ces deux titres, il ne faut pas négliger pour autant une évolution qui se dessine dans les résultats des différents éditeurs. Les profils de joueurs changent. A la lecture des chiffres publiés par l'éditeur français, on observe deux fortes tendances. 

En premier lieu, le segment des « jeux pour joueurs passionnés » (ou hardcore gamers) accuse une baisse de 18%, à 758 millions d’euros. Si ce recul est imputable en partie aux reports de The Crew et de Watch Dogs, on constate que la part de jeux « hardcore » est en constant reflux quel que soit l’éditeur concerné. Cela s’explique par de nombreux facteurs : refus des systèmes de microtransactions de plus en plus présents, croissance des jeux dits « indépendants », mainmise de Steam et de son effet « soldes » sur le calendrier des joueurs… De même, le chiffre d’affaires grand public baisse de 24%.

Problème : il s’agit des segments « historiques », ceux qui portent depuis toujours le dynamisme des studios. Leur recul affecte fortement le chiffre d’affaires des éditeurs. Mais, à l’image d’Ubisoft, un segment émergent est en bonne voie pour les rattraper. « Cette baisse liée au recul du segment pour joueurs passionnés », explique Yves Guillemot, « a été en grande partie compensée, en pourcentage du chiffre d'affaires, par la croissance de la distribution digitale ». 

Ce pôle d’activités se compose de la vente de contenus dématérialisés. Chez l’éditeur français, il est l’un des rares à afficher une hausse, à hauteur de 32%. A 195 millions d’euros, le segment « digital » représente désormais 19% du chiffre d’affaires total et pourrait bien dépasser la part grand public dès cette année. 

Cette tendance s’accompagne d’un essor du casual gaming (jeu occasionnel), illustré principalement par le téléchargement d’applications de jeux mobiles. « Les lancements réussis de Trials Frontier, avec près de 10 millions de téléchargements sur iOS en un mois, et CSI: Hidden Crimes, jeux Free-to-Play pour smartphones et tablettes, viennent confirmer en ce début de nouvel exercice nos avancées sur ce segment porteur ». 

Des perspectives optimistes

Côté perspective, Ubisoft voit grand. Le groupe prédit pour le prochain trimestre une hausse de son chiffre d’affaires « de plus de 300% par rapport au premier trimestre 2013-14 », aux alentours de 210 millions d’euros, grâce au lancement de Watch Dogs. L’éditeur tient compte des évolutions du marché et mise sur la hausse du segment digital, notamment à travers les revenus générés par le Free-to-Play « sur mobile et PC ». 

Quant aux jeux pour « passionnés », Ubisoft annonce la sortie de cinq titres phares en 2014-2015 : Assassin’s Creed Unity, Far Cry 4, Just Dance, The Crew et Watch Dogs. Yves Guillemot précise : « Combinée à la rapide montée en puissance des consoles de nouvelle génération et à la forte croissance du marché online, notre offre ambitieuse de jeux doit nous permettre de placer 3 titres parmi les 10 meilleures ventes de l’année sur consoles et PC et d’enregistrer une progression significative de notre chiffre d’affaires digital ». 

Toutefois, Ubisoft n’est pas à l’abri d’un nouveau retard pris sur ses blockbusters. The Division, un des titres les plus attendus de 2014, est déjà  repoussé à 2015 pour contraintes techniques (ou bien est-ce pour ne pas saturer un marché déjà en berne). Quant à Farcry 4, sa sortie est programmée pour le 20 novembre… Soit au même moment que Watch Dogs l’an passé, dont il pourrait partager le sort. Cette nouvelle année fiscale ne s’annonce pas de tout repos pour Ubisoft. 



Notations 

Autres news 3D, Jeu, Mobilité
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News