samedi 25 mai 2019    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Guillaume Perissat le 14/03/2014 Article Rating
Dinopoloclub, studio néozélandais, propose de jouer gratuitement à son jeu en développement Mini Métro. Entre des graphismes minimalistes et un gameplay exigeant, les logisticiens en herbe devraient y trouver leur compte.  

Un aperçu de ce qui vous attend

Souvent, on se promène sur le Web. Parfois, une rencontre improbable avec un OTNI (Objet Terriblement et Nuisiblement Irrésistible) se produit. Dans ces cas là, adieu productivité au travail, on est happé par un programme qui n’a même pas le mérite d’être malveillant. 

La gamme des Tycoon sont bien connus. Construisez votre parc d’attractions, votre zoo, votre réseau de chemin de fer, votre prison… Ces jeux de simulation, souvent mal faits et sans rythme, ont connu leur heure de gloire dans les années 90, avant de sombrer dans un quasi-oubli dont ils sont quelquefois tirés par un YouTuber mal-intentionné. 

Il n’y a donc aucun rapport entre notre OTNI et un Simulator, direz-vous. Et vous aurez tort. Car un jeu fait en ce moment beaucoup de bruit sur Internet. Son nom : Mini Metro. Il s’agit d’un jeu en open alpha (encore à sa première phase de développement mais jouable sur navigateur ou par téléchargement) où l’objectif est de construire son propre réseau de transport en commun. Rien de très intéressant jusque-là.

Sauf que Mini Metro est incroyablement addictif. Minimaliste, il n’est question que de lignes, de couleurs et de formes géomètriques. Cette simplicité d’aspect n’enlève rien au game design. Le joueur commence avec trois stations de métro, symbolisées par des cercles, des carrés et des triangles vides. Il faut les connecter les unes aux autres par des lignes afin que les voyageurs (les formes pleines) puissent transiter jusqu’à leur gare d’arrivée. 

On commence simplement...

Au départ, cela n’a rien de compliqué. Mais la ville se développe au fur et à mesure que le timer avance (de jour en jour). De nouvelles stations ouvrent, de plus en plus de passagers embarquent… Il s’agit maintenant de gérer un flux croissant de voyageurs en créant de nouvelles lignes, en améliorant la capacité et la vitesse des rames ou en agrandissant les gares.

 

Et ça grandit...

Soudain, c’est l’alerte. Des stations ne sont pas desservies, l’attente augmente en gare, les usagers s’énervent. Si l’afflux n’est pas géré, c’est le game over assuré. Heureusement, chaque fin de semaine voit un bonus être offert au joueur. 

Puis c'est la surcharge et la surchauffe.

Ce game design simple et exigeant ainsi que les graphismes minimalistes du jeu en font tout son charme. Et contribuent pour l’heure à nuire à la productivité des rédacteurs. 

Chacun peut s’improviser logisticien et essayer de faire mieux que les concepteurs du métro parisien. Mais il est surtout conseillé de se plaindre (gentiment) aux développeurs. Le jeu étant en alpha, chaque bug détecté, chaque solution apportée peut enrichir le jeu de Dinopoloclub. 

Le logo de Dinopoloclub.

Ce studio indépendant néozélandais a été créé en 2013 par Peter and Robert Curry, anciens de Sidhe Interactive. En effet, suite à une réception très positive de la première version de Mini Metro au Ludum Dare Jam 2012, les deux frères ont décidé de poursuivre leur projet et de continuer de développer ce jeu. Le produit fini devrait être disponible courant 2014, sur PC, Mac, Linux, iPad et Android. Son arrivée sur support mobile permettra sans doute aux utilisateurs de ne plus s’ennuyer en prenant le métro. 

 

)

Attention, ce jeu est susceptible de nuire à votre productivité au travail. La rédaction décline tout responsabilité en cas de réprimande ou de blâme. 



Notations 

Autres news Web, 2D, Jeu, Mobilité
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News