jeudi 14 décembre 2017    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Guillaume Perissat le 04/03/2014
Le moment est venu de faire un retour à froid sur le MWC 2014. L’occasion de présenter quelques prototypes à suivre dans les prochains mois. Il ne s'agit pas d'un classement et ce Top promet de ne pas être objectif ni exhaustif.

Mirama : les lunettes connectées à reconnaissance de mouvements

Dessiner, prendre une photo, envoyer un mail, tout cela est à portée de main (expression à prendre ici au sens propre). Plus fort que Google Glass, le prototype de lunettes Mirama reconnaît les mouvements de main de l’utilisateur et les modélise dans l’interface. Les doigts servent alors de pointeurs. D’un geste de la main, il est possible d’ouvrir une application, puis de naviguer selon la position des mains. 

Mais ce n’est pas tout : il s’agit bel et bien d’un objet connecté. Mirama réagit avec son environnement. Les lunettes reconnaissent une personne ou un lieu que l’utilisateur regarde puis parcourent le web à la recherche d’informations relatives à la cible. 

Le projet n’est qu’à l’état de prototype, mais il a de quoi faire rêver. Brilliant Service nous promet un concept entre l’Oculus Rift et les lunettes connectées de Google. La firme japonaise lance une « invitation aux développeurs du monde entier à participer à la création de nouveaux contenus pour VIKING OS ». Le système est codé en Objective-C et un SDK ainsi qu’avec un PC équipé de l’OS développé par la société sont fournis avec le Mirama. On peut supposer que l’entreprise enrichira son prototype avec les applications mises au point par quelques développeurs bien intentionnés. Interface améliorée, captation des mouvements plus précise, nouvelles fonctionnalités… ne sont qu’un aperçu de la probable version finale des lunettes de Brilliant Service. 

Tegra K1 de NVIDIA : la puissance d’une console sur une tablette

Le dernier modèle de puce conçu par NVIDIA est très attendu. Il offrirait aux supports mobiles des capacités inédites. Par exemple, Tegra K1 est capable de faire tourner sur tablette l’Unreal Engine 4, le moteur utilisé pour 75% des jeux. Et il supporte les interfaces de programmation (API) modernes tels OpenGL 4 ou DirectX 11, soit l’équivalent d’un processeur PC. Enfin, la version 64 bits du SoC est équipée du core Denver, annoncé comme très performant.

Le rendu graphique du Tegra k1 sur tablette est impressionnant

C’est un Dual Super Core, 7-way superscalar (soit 7 instructions par cycle, ce qui est tout simplement stupéfiant, la version 32 bit est limité à 3 et on connaît peu d’appareils susceptibles de dépasser les 5) et cadencé à 2,5 GHz : une machine monstrueuse et très gourmande en énergie. Mais l’entreprise assure s'atteler à l'optimisation de ce SoC afin d’en diminuer la consommation. 

NVIDIA a pourtant déçu lors du MWC : le Tegra K1 64bits n’a pas été présenté. Sur le stand, seule la version 32 bits (core Kepler) était exhibée. Une des démos consistait en une plateforme de développement Tegra K1 diffusant deux flux vidéo permanents à deux écrans Ultra HD. Le tout de façon fluide. D’autres applications permettaient de la reconnaissance faciale. Enfin, l’entreprise a dédié une plateforme de développement aux applications automobiles. Convaincante mais sans plus, la Tegra K1 32 bits est un processeur honnête mais c’est sa version 64 bits qui marquera (ou non) le retour de NVIDIA sur le marché des smartphones et tablettes. Réponse en 2015. 

Capacités haptiques : Fujitsu vous fait sentir les textures à coups d’ultrasons

Fujitsu a présenté une tablette tactile dont l’écran change de texture, offrant des sensations différentes au toucher. On parle de « sensations haptiques » ou actives, à savoir ce que l’on ressent lorsque qu’on effectue un mouvement au contact d’un objet : rugosité, dureté, élasticité... Donc cette tablette permet de ressentir le lisse ou le rugueux d’une texture. Dans la démonstration, un peau de crocodile… Très pratique si l’utilisateur rêve de saurien mais tient à conserver ses bras. 

Le concept en soi n’a rien de neuf. Certaines entreprises travaillent sur les sensations via les vibrations ou l’électricité statique afin d’obtenir le même effet. Mais Fujitsu se différencie par l’utilisation des ultrasons. Ils génèrent une résistance au-dessus de l’écran, avec un effet « coussin d’air ». Les variations de fréquences simulent les différences de textures. 

Le prototype n’est pas parfait. Si certaines textures sont réalistes et « donnent l’impression d’y être », d’autres sont toutefois moins convaincantes. La tablette varie les fréquences des ultrasons sans produire l’effet de texture escompté. Cela peut aussi expliquer par l’illusion haptique : rarement utilisé seul, le sens du toucher peut parfois être trompé par le visuel. La « capture haptique » (équivalent d’une capture visuelle, mais pour le toucher) peut être affectée par certaines habitudes. Exemple : la peau de reptile peut paraître peu réaliste au toucher pour celui qui n’a jamais vu de crocodile, mais il en va de même pour la guitare si l’utilisateur n’est pas familier des instruments à cordes. 

On obtient malgré tout des sensations tactiles (lisses ou rugueuses) d’une précision impossible jusqu’à présent. Diverses applications sont possibles, du malvoyant (on peut parfaitement imaginer une transposition haptique du braille) à l’ébéniste qui pourra tester la texture d’un bois à l’autre bout du monde. Il s’agit pour l’heure d’un prototype et Fujitsu travaille sur son amélioration afin de proposer cette technologie sur des produits dès 2015. 



Notations 

Autres news Salons
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News