mercredi 18 septembre 2019    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Guillaume Perissat le 20/02/2014 Article Rating
Steam propose d'ores et déjà en version anticipée le jeu Starbound. Ce "Minecraft en 2D" pourrait être un gros succès cette année.

Des graphismes pixelisés, un bac à sable, des blocs, des ressources et un charme fou… Non, il ne s’agit pas de Minecraft, mais de son digne successeur, Starbound. Il s’agit du premier titre développé par le studio Chucklefish Games. C'est une petite équipe de 10 personnes et quelques contributeurs sous la direction d’un ancien du jeu Terraria.

Starbound s’est déjà installé dans le classement des jeux les plus joués sur Steam, où il occupe la place des traditionnels Call of Duty, Arma et autres Payday2. Plus d’un million d’exemplaires a déjà été vendu et les retours des joueurs sont très positifs, tant sur les forums que dans la presse. Un véritable engouement donc, mais une précision est nécessaire : Starbound, titre édité par un discret studio indépendant, est toujours en bêta.

Des pixels et des hommes-oiseaux

Le pixel art a le vent en poupe ces derniers temps. Portés par le succès du rétrogaming, les jeux inspirés de la période 16bits font recette. On citera pêle-mêle Rogue Legacy, Hotline Miami ou encore Super Meat Boy. Starbound (et son grand frère Terraria) en est le digne représentant. Tiy, le développeur à l’origine du projet, déclare sur son blog : « Je pense que le charme présent dans certains des vieux classiques est toujours inégalé. Starbound est ma tentative de capturer ce charme et de le combiner avec la profondeur d'un titre moderne ». Ce qui résume bien la nature même de Starbound : mélanger du neuf avec du vieux.

Et niveau association de concepts, Starbound ne manque pas d’idées. Le jeu est « open world » (monde ouvert). Il offre donc une quasi-infinité de mondes à découvrir. Et fait le pari de la diversité, avec des biomes (écosystèmes, ndlr) variés qui font de chaque planète visitée un environnement unique et original. De nombreuses races de PNJ (personnages non joueurs) et un important bestiaire viennent animer l’ensemble. Enfin la narration quasi absente (en dehors d’un classique Terre-catastrophe-fuite-espace-vaisseau-bonne chance !) donne au joueur la possibilité de s’inventer sa propre histoire et de jouer de façon roleplay.

A cela s’ajoutent de nombreux mods : plus d’un millier sur le forum de Chucklefish. Certains seront intégrés dans le jeu au fur et à mesure par les développeurs. Nouvelles races, nouveaux objets, nouveaux environnements, nouveaux donjons, nouveaux instruments de musique… le champ des possibilités ne connaît aucune autre limite que celle de l’imagination.

Des expériences de jeu différentes

Pour traiter des mécanismes de jeu, le mélange des genres est là encore de mise. Starbound consiste avant tout en de l’exploration (monde ouvert vous dit-on). Du vaisseau du joueur aux planètes visitables, en passant par les champs d’astéroïdes et les lunes, il n’y a qu’un pas (et un peu de voyage à la vitesse de la lumière). On prendra plaisir à découvrir des temples, des villages, des bases militaires, signes de vie intelligente dans des environnements tantôt verdoyants, tantôt désertiques. Et ce jusque dans les profondeurs de ces mondes.

 

Etant donné que, dans l’espace, personne ne vous entendra crier, la survie occupe une place importe dans le game design. L’avatar du joueur succombera au froid, au manque d’oxygène ou de nourriture . Monstres et PNJ l’attaqueront à vue. Lacs de lave, pièges et rivières toxiques vous empoisonneront la vie. Le tout saupoudré d’un peu de PvP (joueur contre joueur). Tout, absolument tout, dans Starbound souhaite votre mort.

Pour survivre, le joueur devra crafter (fabriquer) de nombreux objets. Forger une pioche ou une armure, cuire ses aliments, gérer une ferme hydroponique… Il faut pour cela collecter des ressources en explorant différentes planètes. On commencera donc par bricoler à la hâte quelques ustensiles avec deux cailloux et trois bouts de bois pour finir engoncé dans une armure en titane, armé d’un pistolet à plasma et d’une foreuse laser. Tous ces équipements permettront au joueur de survivre dans un environnement hostile. Après quoi il pourra commencer à songer à son confort.

C’est la dimension du jeu qui réjouira la communauté des Minecraftiens. Starbound est un jeu de construction. Évidemment, un joueur qui ne s’intéresse pas à cet aspect pourra toujours vivre dans son vaisseau et y stocker son butin. Les plus brouillons ou paresseux se contenteront d’une cabane en bois. D’autres préféreront un cottage douillet. Les plus fous se lanceront quant à eux dans la construction d’immenses métropoles. Là encore, la seule limite, c’est votre imagination (et le temps que vous pouvez consacrer au jeu). Déjà sur le Web, ils sont nombreux à publier des captures d’écrans ou des vidéos de leurs œuvres.

 

Le jeu de l’année ?

Parce qu’il offre au joueur un nombre incalculable de possibilités, Starbound séduit. L’expérience de jeu est propre à chacun selon ses désirs. On pourra se consacrer à l’exploration, à la construction ou à la réalisation de quêtes, voire tout en même temps. C’est une sorte de Minecraft en 2D dans l’espace, un bac à sable addictif et chronophage.


 

Starbound devrait sortir officiellement en 2014. Déjà, la bêta a conquis les internautes et la presse spécialisée ne tarit pas d'éloges sur cette production indé’. 



Notations 

Autres news 2D, Jeu
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News