vendredi 13 décembre 2019    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Louis Adam le 21/11/2013 Article Rating
Créé en 2000 par trois toulousains passionnés d’animation, Tat Productions est un studio qui a grandi en popularité ces dernières années. Grâce à des productions telles que "Les As de la jungle" ou "Spike", ils ont enchaîné les prix et les récompenses. Nous sommes allés rendre visite à ce studio d’animation qui a visiblement le vent en poupe.

Une récompense au Kidscreen Summit, une nomination aux International Emmy Kids Awards et une flopée d’autres prix divers et variés : si en 2013 vous avez un peu suivi les palmarès des festivals d’animation, vous avez sûrement pu remarquer les films de Tat Productions. Une année riche en récompenses mais aussi en changements pour ce petit studio fondé en 2000 par David Alaux, Jean-François Tosti et son frère Eric Tosti. 

Ces passionnés ont pourtant commencé en autodidactes : « On faisait des films d’animation à 12 ans, en amateur, puis on a tous les trois suivis des parcours plus classiques », explique Jean-François Tosti. « Ensuite, en 2000, on a décidé de se lancer plus sérieusement dans l’aventure, avec pour principal objectif de produire nos propres créations ». Ils commencent par faire différents travaux de commandes, films publicitaires et autres, en ayant principalement recours à la technique du Stop Motion. 

Jean-François Tosti a fondé Tat Productions en collaboration avec son frère Eric Tosti et David Alaux

Un succès rapide et surprenant

« En 2005, on a commencé à travailler sur le développement de notre premier film, Spike, avec en tête l’idée de le proposer aux chaînes de télévision », continue Jean-François Tosti. « Ça a été notre première rencontre avec le circuit pro, et un constat s’est vite imposé à nous : à l’époque, les chaînes recherchaient principalement des contenus en images de synthèse. Pour nous le medium n’a jamais été une obsession, ce qui compte c’est de raconter des histoires alors on s’est réorienté sur ce type de production »

En 2007 ils emménagent dans un studio et regroupent une équipe d’une quinzaine d’infographistes pour la production de Spike. Un film de Noël racontant l’histoire d’un jeune lutin du père Noël qu’ils vendent à France 3 et qui rencontre un beau succès. Ils enchaînent sur un nouveau film, "Les As de la jungle" qui dure cette fois une heure et sort en 2011. Un succès également, diffusé dans une centaine de pays et récompensé à plusieurs reprises. 

A partir de là tout s'accélère, une suite est prévue pour les As de la Jungle, sous la forme d’une série diffusée sur France 3 ainsi qu’une suite de Spike, leur premier film. « C’est allé très vite, on a lancé le projet et en l’espace de 6 mois, on a dû changer de locaux et passer de 20 à 80 infographistes pour rester dans les délais », explique Jean-François Tosti. « Ça a été une croissance très rapide, presque trop violente et on aimerait bien se stabiliser et souffler un peu maintenant » !

Une croissance rapide mais un studio organisé

Dans les locaux, les différents pôles sont regroupés entre eux, chacun représentant une étape de fabrication. Une première équipe est chargée de réaliser les storyboards grâce au logiciel Toon Boom, une première étape qui permettra la réalisation d’une animatique, une version primitive du film en 2D. C’est ce premier document qui sera la base de travail des autres pôles ainsi qu’un premier aperçu pour les chaînes de TV. 

Le pôle dédié à l'élaboration story board, qui donnera plus tard l'animatique, les documents de base sur lesquels travailleront les autres équipes. 

A partir de ce premier document et des travaux réalisés par l’équipe de recherche graphique, les autres pôles peuvent se mettre en action : l’équipe de modélisation 3D commence à concevoir les formes et les objets inanimés. Les personnages, eux, passent par l’étape du Setup, la phase qui permet de leur donner un squelette avant de les envoyer à l’animation. Les animateurs sont les plus nombreux : 3 équipes sont rassemblées pour animer et donner vie aux personnages ainsi qu'aux décors des films. 

Ils se basent pour cela sur les premiers rendus de l’équipe Layout, qui se charge du déplacement des caméras et du cadrage, ainsi que sur les storyboards pour coller au plus proche de l’idée initiale. Le tout passe ensuite en post-production avec les équipes de rendus qui s'occupent de poser les éclairages ou encore les effets spéciaux tels que l’eau ou le feu. La dernière étape, c’est le compositing, qui assemble les personnages, animations et décors et apporte les dernières retouches pour livrer un produit quasi fini. 

Le studio consacré à l'animation des personnages et des scènes est celui comptant le plus d'employés, repartis en 3 équipes.

Pour tout cela, les équipes travaillent principalement sur 3DS Max, et ont également recours à la suite Adobe pour certaines étapes. Des postes très différents mais qui demandent en général une certaine polyvalence. De l’aveu de plusieurs infographistes interrogés, une spécialisation sur un certain type de poste est certes intéressante, mais beaucoup sont amenés à travailler en coordination avec les autres équipes.

Le compositing et l'étalonnage se situent au bout de la chaîne de production du studio. 

Le prochain objectif de Tat Productions, c’est le cinéma. Ils espèrent pouvoir sortir leur premier long métrage d’ici 2017 mais, en attendant, les équipes ne chôment pas : la première diffusion de la série tirée des "As de la jungle" est prévue sur France 3 pour fin décembre, tandis qu’une première diffusion en salle des films Spike 1 et 2 a commencé depuis hier, distribué en salles par Les Films Magiques.



Notations 

Autres news Animation
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News