mardi 20 novembre 2018    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Louis Adam le 30/09/2013 Article Rating
Le festival Scopitone à Nantes rassemble depuis 2002 bon nombre d’amateurs de musique électronique, venus se déhancher au son des DJ. Mais Scopitone n’est pas un simple festival musical : c’est aussi un haut lieu d’exposition pour des installations d’arts numériques. Le thème de cette année était la robotique, et nous sommes allés voir ce que la programmation du festival avait préparé pour les amateurs d’art et de nouvelles technologies.

Si en soirée, Scopitone est avant tout un festival musical, les journées à Nantes ne sont pas uniquement dédiées à tenter d’oublier les excès de la veille. Pour les plus courageux (ou les plus raisonnables), ce festival Nantais offre chaque année un parcours à travers la ville pour découvrir une dizaine d’installations d’art numérique, allant de performances de video-mapping à la sculpture animée. Il faut marcher certes, les exposants étant repartis entre 5 différents lieux du centre ville, mais la balade vaut la peine. Des artistes venus de plusieurs pays ont ainsi posés leurs valises et leurs œuvres à Nantes, le temps du festival, et offraient au public un rapide aperçu de leurs travaux en terme de design interactif et d’art numérique.

Signal to noise est autant une oeuvre d'art qu'un défi technique pour les membres du collectif Lab(au)

Lab(au) est un collectif belge habitué du festival qui présente cette année une œuvre un peu particulière, Signal to Noise. Au premier abord, on est un peu désarçonné par l’apparence de l’installation : un simple cercle composé de milliers de diodes électriques, le tout faisant un bruit d’enfer sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. Il faut rentrer au milieu du cercle pour comprendre la démarche : Signal to Noise est composé de 512 panneaux d’affichages à lettres, tels qu’on peut les voir sur les panneaux indiquant les trains en gare. Et tous défilent à l’infini, entourant le spectateur d’une avalanche de lettres changeant en permanence, le tout dans un cliquetis infernal. Une réflexion sur la nature de l’information, dans une société qui peine de plus en plus à différencier le signal, porteur de sens, du bruit qui l’entoure. 

Mais Signal to Noise a également été un véritable défi technique pour les membres de lab(au) explique Els Vermang, membre du collectif « les 512 panneaux d’affichages ont été récupérés dans un stock de la garde de Bruges, et ils étaient largement corrodés et dans un sale état. On a donc du tout nettoyer et réparer à la main. Ensuite s’est posé le problème du contrôle de ces afficheurs, étant donné qu’ils remontent aux années 50 et utilisent un système de contrôle analogique. On a donc réalisé 512 cartes de contrôle sur mesure afin de pouvoir contrôler tout ça via l’ordinateur »

Le Lotus Dome, une sculpture quasi vivante

Le Lotus Dome, une imposante sculpture réagissant à la chaleur. 

Niché dans la tour du château, le Lotus Dome du néerlandais Dan Roosegaarde a également de quoi surprendre les visiteurs. Cette énorme sphère métallique, dont la surface est couverte de fleurs réalisées en aluminium semble suivre le mouvement des spectateurs, la lampe située au milieu réagit aux déplacements du public et les suit, comme si la structure vous observait elle aussi. Mais l’intérêt n’est pas là : sous l’effet de la chaleur générée par la lampe ou par la chaleur humaine, les fleurs d’aluminium se replient et réagissent, donnant à Lotus Dome l’apparence d’une créature vivante. Expert dans la recherche sur les tissus et textiles intelligent, Dan Roosegaarde présente ici une idée simple (Les fleurs d’aluminium sont simplement doublées d’une membrane en plastique thermo-réactif) mais dont l’effet visuel est impressionnant.

Autre installation à l’aspect spectaculaire : Cycloid-E de Codact. Une structure mobile composée de plusieurs cylindres montés sur un moteur, et dont les mouvements se veulent une représentation du chaos. L’idée ici, c’est que seul le premier cylindre seul est connecté au moteur, les 5 autres éléments sont laissés libres de leurs mouvements et se déplacent selon plusieurs jeux de forces et d’inertie. Et les créateurs, André et Michel Décosterd, sont bien incapables de deviner à l’avance la façon dont va bouger leur installation « On a programmé un certains nombre de mouvements du moteur, qui fait tourner le premier cylindre par à-coup successifs. Mais on est incapable de savoir comment le reste de la structure va bouger, et c’était bien cet aspect-là qui nous a intéressé ». 

Cycloid-E est une installation ayant pour but d'illustrer le concept du chaos, imprévisible par nature. 

Outre l’aspect visuel, les artistes ont également développé un environnement sonore, à base d’échantillons de divers instruments, basés la aussi sur les mouvements de la machine « A chaque partie de la structure est fixé un capteur qui mesure la vitesse. Et chaque cylindre possède un son propre, qui est restitué à des fréquences différentes en fonction du mouvement du tube. » Le tout donne un étrange ballet, que les créateurs ont programmé sur une dizaine d’heures mais dont ils ne maîtrisent pas vraiment le résultat. Les mouvements de Cycloid-E paraissent tirés d’un film de science fiction, tant la sculpture se déplace avec grâce et aisance. 

Firewall n'est pas une simple installation de video mapping, l'interaction du visiteur avec le tissu fera varier les phrases musicales. 

Les installations présentées étant principalement basées sur le mouvement, nous avons réalisé une courte vidéo permettant de comprendre un peu mieux la façon dont les machines fonctionnent. 

Au delà de la robotique

Mais en déambulant dans les divers lieux d’exposition, on peut également trouver d’autres œuvres tout aussi marquantes. On citera ainsi Firewall, un dispositif simple composé d’un simple drap tendu devant un projecteur et une caméra Kinect qui détecte le mouvement des spectateurs sur le tissu et change la projection en conséquence et génère une phrase musicale au piano, donnant l’impression de jouer d’un instrument de musique futuriste. Créée par Aaron Sherwood, cette œuvre a nécessité la mise en place d’une application spécifique, réalisée à l’aide de Cinder, une librairie open source dédiée au code créatif en C++. 

On peut également decouvrir Lightform, du Suisse Mathieu Rivier, installation de vidéo mapping également interactive, qui là aussi repose sur l’utilisation d’un simple webcam infrarouge et d’un projecteur, mais qui fonctionne avec une application développée en OpenFramework doublée du logiciel MadMapper, un soft très utilisé dans le monde du vidéo mapping. 

L’édition de cette année était consacrée à la robotique et pouvait notamment s’enorgueillir d’artistes très en vue dans ces domaines, tels que le japonais Daito Manabe qui a pu présenter son installation Eleven Play : Pulse lors de la soirée d’ouverture. Mais Scopitone est avant tout une vitrine pour les activités de Stereolux, une structure qui, toute l’année, organise des workshops et conférences à Nantes autour de l’art numérique. 



Notations 

Autres news 3D, Vidéo, Salons, Divers
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News