mercredi 13 novembre 2019    Inscription

News

 

 

Dernières News à la Une :

Par Émilien Ercolani le 10/07/2012 Article Rating
L’AFD (Alliance Française des Designers) a révélé fin juin son « Code de déontologie du designer professionnel ». Le voici. 

Il est vrai que jusqu’aujourd’hui, il n’existait en France que la traduction du code d’éthique de l’ICSID et donc aucun code de déontologie propre à la France et au métier du design. L’erreur semble être réparée depuis fin juin, date à laquelle l’AFD a publié son propre code de déontologie pour les professionnels, en 37 articles. 

Vous pouvez le consulter sur le site de l’AFD, ou ci-dessous : 

La profession de designer

  • Article 1 Contribuer par ses compétences et son savoir faire au mieux-être des personnes, à l’amélioration de leurs conditions de vie et de travail, et à la protection de leur santé et de leur environnement. [Voir Charte AFD des écodesigners.]
  • Article 2 Répertorier et prendre en compte tous les acteurs dans l’usage qui sera fait du produit ou du service offerts, au delà des aspects et des qualités essentiellement fonctionnels.
  • Article 3 Favoriser la qualité et la probité dans l’exercice professionnel du designer.
  • Article 4 Parvenir à l’objectivité et faire preuve d’équité pour justifier une appréciation sur la compétence ou la qualité d'un fournisseur auprès d’un commanditaire.
  • Article 5 Renforcer et développer ses compétences, et pour ce faire, contribuer et participer à des activités d'information, de formation et de perfectionnement, dans une démarche d’amélioration continue.
  • Article 6 Faire valoir que seul le designer qui a directement participé à l'élaboration d’une œuvre de design peut y apposer sa signature et prétendre à une rémunération à ce titre. Imposer que le nom de tout designer ayant participé à l'élaboration d'un projet ou d’une œuvre de design soit explicitement mentionné, après accord de l'intéressé, sur les éléments du projet ou de l’œuvre de design qui correspondent à son intervention. Refuser toute signature de complaisance. 
  • Article 7 Avant de signer un contrat, vérifier qu’aucune clause ne risque de contraindre à des choix ou des décisions contraires à la conscience professionnelle.
  • Article 8 S’il y a exercice de plusieurs activités de natures différentes, déclarer qu’elles sont parfaitement distinctes, indépendantes et de notoriété publique. Proscrire toute confusion d'activités, de fonctions, de responsabilités dont l'ambiguïté peut entraîner méprise ou tromperie, ou procurer des avantages matériels à l'insu du commanditaire ou de l'employeur. Exclure toute collusion entre designer et quelque personne que ce soit.
  • Article 9 S’abstenir d’intervenir dans les situations où le designer se retrouve juge et partie.
  • Article 10 Mentionner en les distinguant ses diplômes, certificats, titres français ou étrangers, et se prévaloir de son inscription à un syndicat professionnel.

L’exercice de la profession de designer

  • Article 11 Travailler objectivement dans l’intérêt du commanditaire, lui proposer des créations originales génératrices de valeur ajoutée à son bénéfice exclusif.
  • Article 12 Intervenir auprès du commanditaire dans le périmètre de la profession de designer, de manière globale avec mise en œuvre des meilleures pratiques professionnelles. [Voir Charte AFD des marchés publics de design.]
  • Article 13 Appeler à la rédaction d’un contrat1 préalable à tout engagement professionnel, afin de définir la nature et l'étendue des missions ou interventions et spécifier les modalités de rémunération.Intégrer à cette convention les dispositions du présent code pour mettre en exergue les règles fondamentales qui établissent les rapports designer/commanditaire ou employeur. 
  • Article 14 Assumer les missions en toute intégrité et transparence. Éviter toute situation ou attitude incompatibles avec les obligations professionnelles, ou susceptibles d’induire un doute sur l’intégrité d’une démarche et de discréditer d’autant la profession de designer.Pendant toute la durée du contrat, apporter au commanditaire ou employeur, le concours de son savoir et de son expérience. 
  • Article 15 S’abstraire de toute situation où les intérêts privés en présence sont si influents qu’ils peuvent être privilégiés au détriment du commanditaire ou employeur, ou que le jugement et la loyauté vis à vis du donneur d’ordre puissent en être altérés.
  • Article 16 Respecter strictement la confidentialité telle que définie avec le commanditaire ou employeur, dans le cadre de la mission : tout manquement à cette obligation constitue une faute, sauf si les informations sont tombées dans le domaine public.
  • Article 17 Si manifestement les disponibilités dont dispose le commanditaire sont insuffisantes pour la mission projetée, l'en informer dans les meilleurs délais.
  • Article 18 Offrir au commanditaire avis, conseils et tout explication utile à la compréhension et à l'appréciation des services rendus.Si nécessaire, rendre compte par écrit de l'exécution de la mission.
  • Article 19 Ne mentionner aucune appréciation erronée à propos de son niveau de qualification ou de l'efficacité des moyens propres à sa disposition.
  • Article 20 Dans la perspective de sous-traiter des missions de design, le designer qui entend recourir à un ou plusieurs sous-traitants doit, au moment de la conclusion et pendant toute la durée du contrat ou du marché, faire accepter chaque sous-traitant et agréer les conditions de paiement de chaque contrat de sous-traitance par le maître de l'ouvrage ; il est tenu de communiquer le ou les contrats de sous-traitance au maître de l'ouvrage lorsque celui-ci en fait la demande. Une convention devra être établie entre le designer et le sous-traitant.

———1. Article 1101 du Code Civil : « le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent envers une ou plusieurs autres,à donner à faire ou à ne pas faire quelque chose. »———

L’environnement professionnel du designer

  • Article 21 Entretenir avec les autres designers des liens confraternels, apporter et attendre une réciprocité en termes d’assistance morale, de respect et de conseil.
  • Article 22 Prêter son concours aux actions d'intérêt général en faveur du design.
  • Article 23 Garder comme principe premier que la concurrence entre confrères se fonde exclusivement sur la compétence et les services offerts aux commanditaires. Considérer comme actes de concurrence déloyale prohibés :— toute tentative d'appropriation ou de détournement de clientèle par la pratique de sous-évaluation trompeuse des prestations à fournir ;— toute démarche ou entreprise de dénigrement visant à supplanter un confrère dans une mission qui lui a été confiée. 
  • Article 24 S’abstenir de participer à tout concours, à toute consultation et à toute offre de marché public dont les conditions seraient contraires aux principes des chartes établies par l’Alliance française des designers (AFD), et notamment, quand une cession de droits d’auteur est exigée sans contrepartie. Concéder une exception pour la cession de droits d’auteur destinée à des associations caritatives ou des ONG dans le respect du droit d’auteur.
  • Article 25 En situation de collaboration pour une même mission avec un ou plusieurs designers — hors lien instauré de manière permanente — établir un contrat pour préciser les tâches respectives, le partage des frais et la répartition des rémunérations. Inclure dans le contrat cet alinéa : avant de saisir la juridiction compétente, il y a lieu de soumettre au syndicat professionnel toute difficulté née de l’application de la convention, aux fins de conciliation.
  • Article 26 En cas de litige avec un ou plusieurs designers à propos d’exercice professionnel, le soumettre en priorité au syndicat professionnel aux fins de conciliation, avant la saisine de la juridiction compétente.Communiquer au syndicat professionnel, sur sa demande, tous les documents nécessaires à l'instruction du dossier.Mémoriser que les dispositions du présent article ne s'appliquent pas aux designers qui exécutent une mission de service public pour le compte d'une personne publique.
  • Article 27 Le designer qui reçoit l’offre d’un dossier vérifie si un ou plusieurs confrères ont été préalablement chargés de ce dossier. Le designer qui accepte de succéder à un confrère, avant toute diligence, le prévient par écrit et s’enquiert des sommes pouvant lui rester dues. Le designer s’efforce d’obtenir de son client qu’il règle les sommes restant éventuellement dues à un confrère précédemment saisi du dossier. S’il reçoit un paiement alors que des sommes restent dues à son prédécesseur, il en informe le client.
  • Article 28 Sur sollicitation à porter une appréciation sur un confrère ou sur son travail, se prononcer exclusivement en pleine connaissance de cause et avec impartialité.Exclure tout arbitraire dans les missions de contrôle, de conseil ou de jugement. Formuler clairement et motiver les décisions, avis ou jugements exprimés en s’affranchissant de ses conceptions personnelles. 
  • Article 29 S’interdire de plagier. 

Modes d’exercice de la profession de designer

En société ou en indépendant 

  • Article 30 Que ce soit en société ou en indépendant, accomplir soi-même les missions confiées par le client ou en assurer la direction. Sélectionner le nombre et l'étendue des missions acceptées selon ses aptitudes, ses connaissances, ses capacités d'intervention personnelle, la complexité des moyens à mettre en œuvre, et les exigences particulières qu'impliquent l'importance et le lieu d'exécution de ces missions.
  • Article 31 En tant que designer employeur évaluer justement la compétence de ses collaborateurs. Distribuer à chacun d'eux — designer ou non — des tâches en cohérence avec leur niveau de qualification et organiser leur pleine participation aux missions qu’ils prennent en charge. Les rémunérer sur la base des fonctions et des responsabilités qu'ils assument.
  • Article 32 Recourir à un sous-traitant en design implique de mentionner son nom et de répertorier, également sous son nom, les parties de l'œuvre de l’esprit qu’il a réalisées, et ce, dans toutes les publications à venir.
  • Article 33 En cas d’association entre designers, veiller à l’application des règles propres au mode d'exercice, s’informer mutuellement des activités professionnelles menées au nom et pour le compte de la société. 
  • Article 34 Intégrer les stages en entreprise dans un cursus pédagogique scolaire ou universitaire et ne les considérer en aucun cas comme des emplois. Établir une convention tripartite entre le stagiaire, l’entreprise d’accueil et l’établissement d’enseignement, préciser, notamment, les horaires de présence du stagiaire, adaptés comme il se doit, aux contraintes de son cursus. Maîtriser personnellement les compétences professionnelles à transmettre dans le cadre de la formation d’un stagiaire.Si la durée du stage au sein d’une même entreprise, consécutive ou non, au cours d’une même année scolaire ou universitaire, est supérieure à un mois, le ou les stages doivent bénéficier de la gratification minimale prévue par la loi. Si cette durée est supérieure à deux mois, le montant de la gratification est similaire au salaire de l'emploi équivalent. 
  • Article 35 Le travail d’un stagiaire qui irait au-delà des prérogatives de la convention de stage, sera requalifié en emploi salarié.Prévoir une cession écrite de droits d’auteur, avec précision des limites d’usage et la contrepartie d’une rémunération, pour des créations réalisées par un stagiaire susceptibles d’exploitation ultérieure.

Exercice salarial

Article 36 Vérifier que le contrat qui lie à un employeur précise :

— la désignation et la qualité des parties contractantes ;

— les missions confiées et les prestations correspondantes assorties des moyens mis à disposition ;

— les conditions de rémunération des prestations fournies ;

— les conditions d'assurance qui couvrent les responsabilités découlant des missions accomplies ; 

— la compatibilité de l'exercice des fonctions avec les règles professionnelles ;

— la compatibilité du contrat de travail avec le respect des droits d'auteur. 

Article 37 Le designer salarié peut faire état des références acquises chez son employeur, en spécifiant son apport à l'accomplissement des missions qui lui ont été confiées.



Notations 

Autres news Business, Divers
     20/03/2017 10:09:00 Des fichiers JPEG compressés jusqu'à 35% avec Google Guetzli
     06/07/2016 10:40:00 Huawei : une photo prise avec le P9 ? Non avec un 5D Mark II...
     06/07/2016 10:35:00 Les nouveautés de la Creative Cloud d'Adobe
     05/02/2016 15:52:00 Kang, un nouveau moyen de proposer ses services pour les gra...
     02/12/2015 11:51:00 Adobe change le nom de Flash par Animate
     03/09/2015 17:13:00 La mort d’Aylan… en dessins
     30/07/2015 12:57:00 Une police OpenType qui censure automatiquement certains mot...
     30/07/2015 12:55:00 17 000 heures de vidéos d’archive accessibles sur Youtube
     29/07/2015 10:33:00 Nokia dévoile OZO, une caméra pour la réalité virtuelle
     23/06/2015 16:36:00 Hololens : la réalité virtuelle en cubes
     23/06/2015 16:09:00 Stock, la banque d'images par Adobe
     23/06/2015 15:36:00 Droit d'auteur : le rapport Reda validé en commission
     22/05/2015 11:06:00 Le direct à 60fps arrive sur Youtube
     22/05/2015 09:54:00 Sprout fera-t-il pschit ?
     07/04/2015 17:27:00 L’impression 3D bientôt soumise à la redevance sur la copie ...
     02/04/2015 11:43:00 Levée de fonds : 5 millions pour Sculpteo et son Usine « en ...
     24/03/2015 11:54:00 Le moteur de rendu 3D Renderman de Pixar est gratuit
     21/01/2015 11:48:00 FoldIO, le studio photo transportable pour smartphones !
     09/01/2015 14:04:00 #jesuisCharlie : Joachim Roncin, directeur artistique et cré...
     09/01/2015 12:12:00 Impression 3D : MakerBot promet le bois, la pierre et le mét...

Les dossiers de Créanum

Gameplay émergent : l’avenir du jeu vidéo ?
Par Guillaume Perissat le 07/03/2014
Un concept agite le monde du développement. Il bouleverse les systèmes de règles établis et donne une grande liberté au joueur. Dites adieu à la narration, à la linéarité et aux scripts : le gameplay émergent arrive… ou demeurera une utopie. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Jeu
Crowdfunding : le financement participatif, une solution pour les graphistes ?
Par Louis Adam le 28/07/2014

Ulule, Kickstarter, KissKiss Bankbank : au cours des dernières années, les plateformes de financement participatif (ou crowdfunding en anglais) ont vu leur popularité croître au fil des projets qui se finançaient grâce à ce procédé nouveau. Inspiré des principes du microcredit, ces systèmes permettent de lever des fonds pour un projet ou une entreprises sans forcement passer par le système bancaire. Une aubaine pour les créatifs, mais il convient avant tout de savoir ou l’on met les pieds et ce qu’un tel projet représente. Contrairement à l’impression que ces plateformes peuvent donner au premier abord, il ne suffit pas de « vendre du rêve » sur une page Web pour pouvoir soudainement réaliser ses rêves les plus fous. Un projet de financement participatif se prépare et s’organise.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Web
Google, Adobe... la typographie en danger ?
Par Louis Adam le 12/09/2013
Le tournant du numérique n’a rien de neuf dans le monde de la typographie. Depuis les débuts de l’informatique, la question des polices a toujours été prise en compte, même si rarement sur le devant de la scène. Les années 90 ont vu l’arrivée de nouveaux acteurs tels qu’Adobe qui sont venus redéfinir les règles du marché, en proposant à tous ses utilisateurs des polices de qualité telles que Garamond. Mais face à des entreprises telles que Google qui met à disposition, à travers son service Google Font, un nombre incalculable de polices en libre utilisation, comment les fonderies numériques qui investissent et vivent de la création typographique peuvent-elles survivre ?

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D, Web
Coloriste : une profession qui en voit de toutes les couleurs
Par Louis Adam le 30/08/2013

 Le coloriste est une profession souvent méconnue dans le monde de la bande dessinée, mais n’en reste pas moins un incontournable dans beaucoup de projets de bande dessinée. Choisi par la maison d’édition ou suggéré par l’auteur avec qui il doit être capable de s’entendre, le coloriste reste souvent dans l’ombre, mais son travail est déterminant. A mi chemin entre les auteurs, les maisons d'éditions et les imprimeurs, son métier lui demande des compétences nombreuses qu'il doit la plupart du temps apprendre par lui-même. Nous avons interrogé deux coloristes sur leur métier, l’évolution des pratiques et les problèmes qu’ils rencontrent au quotidien. 

[Lire le dossier...]

Autres dossiers 2D
Nouvelles plateformes de diffusion : pour les artistes, quelles solutions ?
Par Louis Adam le 25/07/2013
Il y a deux semaines, le chanteur Thom Yorke expliquait sur son compte Twitter qu’il cessait de diffuser sa musique via Spotify. La raison de son coup de gueule est assez simple : selon lui, les services de streaming comme Spotify et Deezer ne rémunèrent pas suffisamment les artistes qu’ils diffusent. Un détail pour les stars reconnues et largement écoutés, mais Thom Yorke s’inquiète surtout des problèmes que ce système engendre pour les petits artistes qui ne disposent pas d’une audience importante. Les plateformes de diffusion se sont multipliées ces dernières années, offrant aux musiciens la possibilité de diffuser eux-mêmes leurs albums et chansons sans avoir à se reposer sur l’industrie musicale traditionnelle. Mais que doit-on espérer de ces nouveaux moyens de diffusion, que certains n’hésitent plus à présenter comme le seul recours d’une industrie en perte de vitesse face aux transformations imposées par l’arrivée du numérique ? Nous avons recueilli quelques témoignages d’artistes utilisant ces plateformes pour diffuser leur musique.

[Lire le dossier...]

Autres dossiers Musique, Web

News