samedi 14 décembre 2019    Inscription

bannière dossiers

 

 

Par Louis Adam le 02/05/2013 Article Rating

Peut-on tout imprimer ?

Coïncidence (ou pas) cette semaine avait lieu la journée mondiale de la propriété intellectuelle. Organisé par l’OMPI, l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle, cette journée avait pour ambition de sensibiliser aux enjeux de la création et de la propriété intellectuelle. Au programme des réjouissances, une exposition sur l’impression 3D et les nouvelles problématiques que cette technologie questionne. Un enjeu qui plane depuis longtemps sur le monde de l’impression 3D qui, à l’instar de la révolution numérique commence à affronter les foudres des ayants droits, designers et autres concepteurs qui voient d’un mauvais œil que n’importe qui puisse reproduire et imprimer leurs réalisations en les téléchargeant simplement sur internet.

Le site qui polarise les inquiétudes des ayants droits, c’est Thingiverse, une plate forme d’échange de fichier 3D. Le site est détenu par Makerbot Industries, un des principaux constructeurs d’imprimantes 3D. Les utilisateurs peuvent mettre en ligne des modèles 3D, véritables plans de constructions des objets qui les intéressent, et télécharger ceux des autres, afin de les imprimer chez eux. Lorsque les designs sont originaux, aucun problème, puisque l’échange se fait nécessairement avec le consentement du créateur. Mais les questions se posent lorsque les contenus mis en ligne sont sous copyright.

Les industriels des jeux de figurines sont ils menacés par l'émergence de l'impression 3D ?

Un cas célèbre a notamment impliqué un utilisateur de Thingiverse qui avait mis en ligne des plans pour imprimer des figurines licenciées par la marque Games Workshop, qui édite de nombreux jeux de figurines de la gamme Warhammer. L’utilisateur est rapidement devenu le premier membre de Thingiverse à recevoir une injonction de la part d’une entreprise lui intimant de retirer les modèles mis en ligne, avec menace de porter l'affaire devant la justice.

Mais l’épisode a laissé la question en suspens : contrairement à la musique et aux films, qui sont protégés par le copyright, les objets physiques sont eux protégés par des brevets, qui sont par nature plus limités et confèrent moins de droits que la loi du copyright. Une copie conforme d’une figurine de Games Workshop serait une violation de copyright, puisqu’elle reproduit une réalisation artistique. Mais une copie légèrement différente de l’objet, réalisée dans un autre matériau, pourrait ne pas tomber sous cette réglementation. "On peut tout à fait imprimer un vase copié sur le style d'un objet de Philippe Starck. Mais on aura pas la même matière, ni la même méthode pour créer l'objet, ni la même finition. Ce ne sera pas le même objet, ce sera un autre vase. Alors est-ce une copie ? ", s'interroge Arthur Schmitt, du petit Fablab de Paris.

 

L’impression 3D est encore dans une zone grise concernant les questions de copyright et de propriété intellectuelle. Pour les Fablabs et entreprises du milieu, la question reste pour le moment ouverte. « La question se pose fréquemment. On a vu des gens venir pour imprimer les pièces d’un vieux jeu de société, qui n’était plus en vente. Techniquement parlant, c’est peut être répréhensible, mais dans le doute, on préfère laisser les gens faire et être responsables de ce qu’ils impriment. Nous, notre raison d’être, c’est de laisser aux gens la possibilité d’utiliser ces machines » explique Emanuelle Roux. Pour le moment, l’attitude semble être de laisser les utilisateurs responsables de leur utilisation, sans poser de contrôle sur leurs pratiques. Chez Sculpteo, la logique reste globalement la même avec quelques différences néanmoins :
« L’imprimante 3D est un outil qui va mettre un peu sous tension ces droits mais nous ne devons pas nous attendre à une révolution sur ce point car l’objet imprimé reste un bien matériel. Dans le cas de Sculpteo, chaque utilisateur est responsable du fichier qu’il transmet et donc de l’objet qui est in fine produit », explique Jeremy Daumard. Seule limite, la notion « d’éthique » qui permet notamment à Sculpteo de refuser d’imprimer un objet potentiellement dangereux.  

Voir tous les dossiers 3D

Notations 

Sélection de tutoriels

Créez votre portfolio (2)
Par la rédaction le 19/10/2011
Dans ce didacticiel nous allons voir ensemble comment créer sous Photoshop (peu importe la version) un portfolio simple mais efficace puis comment découper le design afin de l’intégrer en utilisant le couple HTML / CSS. Le design de celui-ci est minimaliste et je pense que cela est important et valable sur n’importe lequel des supports où vous pouvez présenter vos travaux (par exemple pour le book).

[Voir le tuto...]

Autres tutoriels Flash, Web
Colorisation dans Flash
Par la rédaction le 01/10/2006

DOMAINE : Couleur
LOGICIEL : Flash
NIVEAU : Amateur

Cet exercice va vous montrer qu'il est possible de faire de la colorisation de dessin directement dans Flash pour ensuite pouvoir animer les éléments. - Dan Drapper/Philippe Beaudran

[Voir le tuto...]

Autres tutoriels Flash, Web
Flash : page de chargement /preloading
Par la rédaction le 10/05/2006

DOMAINE : Web
LOGICIEL
: Flash
NIVEAU:
Amateur
PUBLIE LE :
10-05-06

Lorsque votre site tout entier ou même une partie en Flash est un peu trop lourde, un chargement est nécessaire. Aussi appelé "preload", voici comment réaliser cette "salle d'attente". - Maurice Philippon

[Voir le tuto...]

Autres tutoriels Flash, Web